Anne Poupard et Anne Gros-Balthazard

Flyer Anne&Anne_05_04_2016Exposition du 26 mai au 12 juin, vernissage le vendredi 27 mai à partir de 18h30

Heures d’ouverture : du jeudi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h

Anne Gros Balthazard

présente un travail calligraphique sur la lettre, le signe, la trace. Les fonds sont traités avec des pigments, parfois quelques collages, et les lignes d’écriture exécutées à la plume ou au pinceau, à l’encre noire. Elle y retranscrit des textes d’auteurs contemporains dans une écriture gestuelle fine. Son travail est de rigueur et de légèreté, et un rythme musical émane de de certaines œuvres. La lettre est avant tout un support d’expression d’une émotion intérieure. Anne Gros-Balthazard est une jeune artiste qui, depuis l’année 2000, s’est formée auprès de Marine Porte de Sainte Marie à Grenoble, puis a suivi l’enseignement des maîtres Denise Lach, Kitty Sabatier, Monica Dengo et Brody Neuenschwander entre autres. Installée dans la Drôme, elle présente sa première exposition à Terres d’écritures à Grignan, en décembre 2008, puis au château de Vogüé au sein de l’exposition « Le Geste suspendu », en 2009. Particulièrement attachée au sens des mots, elle retranscrit, à travers une écriture gestuelle, leur poésie ; « je crois aux mots, en leur pouvoir, je choisis ceux qui sont porteurs de lumière ». Son travail est de rigueur et de légèreté, un rythme musical émane de certaines œuvres évoquant des partitions de musique contemporaine. Deux mots semblent guider cette jeune calligraphe : simplicité et hauteur. (Christine Macé, Terres d’écritures)

Anne Poupard


Un long parcours de vie et d’artiste.
 Des études aux Beaux Arts dans les années 70.
 De nombreuses expositions en France et à l’étranger.
 Un chemin d’enseignante, après avoir dirigé pendant 25 ans une école d’art à Valence, elle se consacre entièrement à la peinture depuis 2002. 
Elle anime actuellement les ateliers et les stages d’arts plastiques de l’association Casacouleur au Logis de Berre aux Granges Gontardes.
 Aujourd’hui, elle privilégie l’abstraction, source de liberté gestuelle et plus sujette aux symboles, et les techniques comme le collage, la gravure expérimentale, la peinture aux pigments purs et l’encre de Chine.
 Elle a travaillé avec les Haïku de Pascal Ciret, les poèmes de Bruno Mabille et de Maryline Bertonccini. La poésie et la peinture se marient et se mettent en valeur l’une l’autre dans ses livrets, leporello et carnets à la japonaise.
 Depuis le début de l’année 2015, Elle utilise particulièrement la calligraphie dans ses œuvres. Le livre d’artiste est un lieu privilégié pour jouer avec l’écriture, (petits formats, préciosité proche de l’enluminure, livres uniques, livres d’artistes, dans le registre de l’intime). Les écritures primitives sont pour elle une source intarissable d’inspiration, et elle mêle dans ses tableaux encres et signes primitifs.
 Elle utilise le rouge et le noir depuis longtemps, couleurs puissantes parfois violentes, l’encre posée en larges surfaces se mêle à l’eau en fusant, et révèle des horizons chargés, lourds, terribles, comme parfois le ciel et les temps actuels nous en offrent.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laetitia Gaudefroy-Colombot

Flyer-Laetitia Gaudefroy_09_04_2016Laetitia Gaudefroy-Colombot
Gardienne en terre sauvage

Peintures Poésie
20 avril > 9 mai2016


14h30 > 18h tous les jours
 ou sur RDV 0679663507

Invitées : Éditions du Bon Pied et Éditions des Lisières

« Je peins sur toile mais surtout sur du bois, chêne ou noyer, bois vieilli ou en feuilles avec des matériaux issus de la terre (chaux, pigments, charbon, sable, or, …) des émotions, des instants couleurs.
Mon travail est proche des éléments, brut et sacré, simple et sensuel, dialogue fragile avec ma mémoire, pour que reviennent les sons, les odeurs, les couleurs, les sens, ce qui fait mon identité : mon lien à la terre, au vivant.
Je voudrais partager la puissance de mon émotion.
J’écris de la même façon, peinture de mots, aventure immobile, pour toujours partager : Bouts de bois. Bois debout, lien du ciel à la terre. Racines que la pluie arrose. Sensualité fondatrice. Composante essentielle. L’arbre et l’eau. La terre semence éclot fleur princesse vulnérable mais fertile.
Ardente.
Tu te fais vie sous une pluie d’or. Tu donnes pulsion. Ventre bleu. Miel. Ta création est ton empreinte. Tu retiens tu gardes précieux grains de poussière. Particule. Échantillon de don. Trace d’espérance.
Un jour de soleil énergie. Je dessine sur l’écorce écorchée comme elle humiliée souffrante. Ensemble nous nous pansons. L’arbre remède. Je ne veux garder que le beau le bon l’ivresse. »

Le temple Saison 2

    Affiche présentation_25_04_2016Le temple est un espace ouvert , qui invite les publics à la rencontre d’artistes amateurs et professionnels, d’acteurs de la culture mais aussi à l’échange entre les habitants dans toutes leurs diversités.
Après le beau démarrage de 2015 et le succès  rencontré (plus de 3000 visiteurs) l’association LE TEMPLE prend son envol  et a envie de partager encore mieux avec vous ses choix.
Fidèle à ses orientations de départ elle continue à s’ouvrir à des formes d’expression artistiques variées avec des artistes d’ici et d’ailleurs, à des rencontres, au métissage des influences et des cultures, aux patrimoines et aux dynamiques locales.
Venez nous rejoindre dans cette belle aventure.
Venez découvrir le lieu et les hommes et femmes qui vont le faire vivre par leurs expressions,
Venez vous dépayser, rencontrer, rêver, échanger.

Programmation 2016

21 > 31 janvier : « Les yeux du bout du monde » , photos . École de Venterol
3 avril à 17 h : Présentation de la saison 2 du TEMPLE – Photos de Marc Pichon
6 au 18 avril : semaine grecque. Photos Tapisseries de Dimitri VONTZOS . AVAM
21 avril au 8 mai : Laetitia GAUDEFROY , peinture , poésie et les éditions du Bon Pied et Les lisières
WE de Pentecôte : REGARDS D’AILLEURS
15 mai à 18 h : conférence de Jean Michel TESTARD « Apprend-tissage , un voyage initiatique » autour des kilims
16 mai 17 h : Concert vocal du Trio TZARIK , chants traditionnels de Méditerranée et du Caucase
26 mai au 12 juin : Anne POUPARD et Anne GROS-BALTHAZAR, collages , calligraphie , livres d’artiste .
16 au 26 juin : Bernard FROMENT : sculpteur verrien
30 juin au 17 juillet : Jocelyne BESSON GIRARD, peinture, gravure.
21 au 31 juillet : Gérard SIGHICELLI, peinture.
4 au 21 aout : Frédéric BROCHEC, art singulier.
25 aout au 4 septembre : COPO, émaux.
9 au 18 septembre : ITINERANCES, évènementiel photo Mairie CCVE OT
22 septembre au 2 octobre : Agropastoralisme dans les Baronnies et Berger -bergère. Photo, rencontres, lecture . PNR
21 au 30 octobre : Sténopés en Baronnies, photo. Association OSCURA et PNR

Ingrid Jolivel – Erling Mandelmann

CÉRAMIQUE ET PHOTOGRAPHIE

 Une rencontre insInvitation EMolite entre 2 personnalités que l’amitié et les origines danoises rassemblent.

Ingrid Jolivel sculpteur-céramiste et Erling Mandelmann reporter- photographe exposent au temple de Venterol du 15 au 25 octobre, du jeudi au dimanche de 15 à 19 h pour la dernière manifestation de l’année.

 

 

Vous êtes invités le dimanche 18 octobre à 19 heures à venir écouter la lecture d’une nouvelle de Dino Buzzati « Week-end » tirée du livre de nouvelles « Le K » et qui a été publiée dans Constellation en 1969 en même temps que le reportage d’Erling Mandelmann.

 

 

 

Anna Puig Rosado

Exposition de photographies invitation APdu 17 au 27 septembre 2015

Auteur photographe, grande voyageuse de lieux atypiques ( Sibérie orientale, Yemen , Soudan, Mer Noire, Comores, Erythrée.. ) . Ses voyages les plus récents l’ont emmenée la Tunisie et Istanbul . Elle a présenté ses expositions en France et dans le monde. Elle vit dans la Drôme et partage sa passion en animant des stages et des ateliers photos pour adultes et enfants à l’atelier Bildo et dans les écoles ou institutions. Elle a localement réalisé des commandes pour la marque « Le secret de la Roche », l’atelier Keeping, le domaine viticole «  Passion d’une femme ».

Dans la série «  Désorienté « elle a la particularité de nous montrer des lieux désertés, et nous donne avoir un autre monde qui sollicite notre imaginaire et notre réflexion ; par ses compostions et ses angles de vue on est souvent proche de la peinture non figurative.

Désorienté

J’aime quand le voyage rude m’éloigne de ces paysages idéaux faits de sable et de cocotiers assassins. Je pars pour un voyage, souvent transformé en errance, une somme formidable de temps consumé en attente, en rêverie, en transports hasardeux partant en retard et déambulant dans des paysages sinistres avec l’apparence d’être exempté d’horaire et d’itinéraire.

Chaque image porte son histoire, un agglomérat de peurs, de fatigues, de rencontres heureuses, un total éblouissant de vagues intuitions ou de décisions prises à l’emporte pièce qui vous placent au bon moment sur une plage iranienne devant une pierre, sorte de tombeau vertical affrontant effrontément les outrages du temps et tentant de barrer la route à un bateau presque mort. La veille, vers deux heures du matin, un tremblement de terre avait secoué virilement mon hôtel. Depuis le quatrième étage, sentant que la vie se dérobait, j’avais plongé dans l’escalier en grossissant le tourbillon humain, un mélange de corps paniqués, de hurlements terrifiants, comme aspirée par le fond sombre de l’immeuble vacillant. Bercés par les pleurs et les reniflements nous avions tous attendu dehors que le jour se lève. Mais le ciel gris sinistre avait commencé à s’effilocher et sous une lumière tendre, pour tromper la peur, j’avais trouvé une barque pour gagner l’île d’Ormoz à quelques encablures. La mer, comme échaudée par cette terre remuante, avait reculé d’une centaine de mètres.

Et j’avais sorti l’appareil !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Maguy Gaudefroy, Dominique Coutelle

Peinture et sculpture
M&D-DINA3red_06_10_2015
du 25 août au 15 septembre

Le travail de Maguy Gaudefroy ne s’apparente pas à une quelconque représentation du réel mais fait plutôt référence à l’imaginaire, la rêverie et l’inspiration du moment.

La matière, les textures, les couches superposées, les surfaces, la lumière et le jeu des couleurs, l’investissement de l’espace, sont en eux-mêmes les éléments du sujet, du questionnement.

Dans les œuvres de Dominique Coutelle, le matériau pénètre l’espace, il fait corps avec.

Des enlacements, des étreintes d’acier qui bondissent vers l’azur.

Peu de moyens pour nous émouvoir, parfois juste deux lignes maîtresses qui s’unissent et s’élancent, nées d’une fulgurante intuition, d’une pulsion ascensionnelle. » Charles Durand

 

George Haling

Exposition de photographie
GH-A4_resultatDu 8 au 23 Août 2015
Reportage photo entre la France et les Etats-Unis. 1960-2013

Je me demande souvent « Pourquoi pas … ? »

…et je termine cette question de la façon la plus provocatrice et la plus absurde qu’il soit. Quand je suis en Islande, me baladant en jeep dans les fjords sauvages et isolés, je m’attends à voir des dinosaures avec un long cou en caoutchouc entrain de nager au large. Voila mon « Pourquoi pas … ? » Il me permet de rester ouvert à tout ce qui peut se passer devant mon objectif ! Toute ma vie j’ai été un observateur. J’enfile les habits d’une créature qui marche à deux pattes appelée «personne» et en ayant cette apparence, je peux me cacher, je peux regarder ce qui m’entoure avec un point de vue neutre. Je distingue cette race humaine bizarre et irrationnelle comme la verrait une mouche sur un mur. J’observe avec détachement les joies, les dépressions et les folies de ces créatures appelées «êtres humains» …. D’un autre point de vue je désire être invisible, être au centre, être dans l’oeil du cyclone, prenant des photos de l’intérieur de l’action dans les véritables entrailles de ce qui se passe…. Avec le sujet, je veux ne faire qu’un. Simultanément, je garde une certaine distance – ce point de vue d’une créature surprise et parfois amusée qui vient d’une autre planète – examinant ainsi sans peur, tout ce qui passe d’ordinaire ici-bas. Il faut se débarrasser de toute idée préconçue, de tout préjudice, regardant en quelque sorte à chaque fois avec les yeux naïfs d’une créature nouvellement arrivée de l’espace…. L’important c’est d’être là, dans le moment présent. Montrer ce qui est réellement entrain de se passer. Mais, en dépit de toutes mes intentions d’être objectif, ai-je seulement mis mon égo et mes préférences sur le papier? Peut-être.

Mes premiers héros étaient Henri Cartier Bresson (Le Moment Décisif) ensuite Robert Frank (Les Américains) puis William Klein et Diane Arbus.

Camille Rouzet, Nolwen Airieau, Odile Trouillet

flyer expoVitraux, céramique et peinture

Subtile alchimie aux couleurs de la vie, cette exposition vous invite à une visite curieuse et vivante. Une installation où, autour de trois univers artistiques il émane une réelle idée de partage. Une rencontre enrichie par la lumière du temple.

Exposition du 10 au 26 juillet

Pierre Maffait

Affiche Expo Pierre Maffait_resultat_1PHOTOGRAPHIE PEINTE

Après la belle exposition des encres de Michelle Billaud, l’association LE TEMPLE commence une série d’expositions autour de la photographie en faisant appel aux ressources locales abondantes et variées.

Pierre Maffait, venterolais d’origine, inaugure cette série. Il a mené une carrière de photographe indépendant et d’enseignant principalement au Danemark. Reconnu au niveau international, ses photos sont présentées dans de nombreux musées et institutions.

A travers une rétrospective de son œuvre, venez découvrir la variété de ses approches, ses thèmes de prédilection et son attachement à Venterol, à son terroir et à son histoire…

Exposition du 12 au 28 juin
du vendredi au dimanche de 15 h à 19 h.

les fleurs 3_resultat


Né à Valence en 1941. Photographe indépendant et enseignant en photographie.

Exposition dans plus de 30 pays dans le monde.

Publications dans diverses revues et livres photo (Danemark, France, Allemagne, Grèce, Espagne etc.)

Vice président d’honneur de la Fédération internationale de l’art photographique et aussi de la Danish Photography society. Maitre photographe de la FIAP. Membre d’honneur de la Fédération Française de Photographie, de la Japan photographic Society et d’autres.

Conférences et Maître de stages :

Danemark, Suède, Allemagne, Singapour, Japon, Belgique, Chine, Irlande etc.

Représenté :

Muséum of art Photography, Istanbul (Turquie). Collection of Master Photographers, Gent (Belgique). Collection of Master Photographers Cordoba (Espagne). Musée de la Photographie Lausanne (Suisse). Bibliothèque Royale de Copenhague (Danemark). Muséum of art Photography Réus (Espagne). Diverses institutions, banques, entreprises, MJC, Ecoles etc.

Michèle Billaud

MBaffMichèle Billaud

Encres sur papier de riz.
Après l’exposition sur la Grande guerre dans la Drôme et à Venterol , exposition de Michelle Billaud du 13 mai au 7 juin de 14H à 19 H ou sur rendez-vous 06 70 50 57 79.

Sa Technique : papier de riz très fin, encres de Chine végétales et minérale.

Études de la calligraphie et de la peinture extrème orientale à l’académie Go Am à Paris avec le maître Ung No Lee et le peintre Long Gue à Marseille.


 

mimi_resultat


« Mes peintures sont inspirées des notions esthétiques taoïstes. L’abstraction de mes encres est toute intuitive ; j’aime trouver le rythme calligraphique dans l’esprit du geste, accueillir et accompagner l’encre qui fuse dans le papier, et y révéler avec simplicité un univers minéral et végétal».

Quelques photos du vernissage :