Ma Siéra et Michel Lévi.

Pour terminer la saison 2019, le temple accueille un duo de peintres : Ma Siéra et Michel Lévi qui aiment exposer ensemble.

Voici comment elle s’exprime sur son travail : « Je ne sais jamais d’avance ce que je vais peindre. Je choisis des couleurs et je tire les fils du hasard en développant des tons. Quelquefois les embryons de paysage se révèlent assez vite : il faut s’y diriger et accentuer la touche…quelquefois à trop vouloir insister sur ce qui émerge, on perd tout! Il arrive que la peinture ne vienne pas; j’efface, je reprends mais elle est rebelle, elle m’échappe, je la détruis, je change de palette, de lumière. Je la mets à l’envers, je me débats avec les formes, les pigments, la mise en page ! On n’imagine pas le combat que je livre dans mon atelier! »

Michel Lévi a déjà exposé à Paris, Nyons, Vinsobres et Buis les Baronnies.

Il n’a aucune formation artistique mais a fréquenté des ateliers de peinture dès que sa profession le lui permettait. En parallèle il a eu la chance de pouvoir visiter de nombreux musées en Europe. Dans son travail actuel, il part d’une image figurative en tête mais bien vite les formes et couleurs perdent le tracé et l’image initiale. Arrive peu à peu une représentation abstraite où chacun peut se laisser à imaginer paysage, contrées réelles ou fictives… Et puis, comme c’est de la peinture acrylique essentiellement, il lui est facile de tout blanchir et de recommencer si les couleurs et les formes ne s’équilibrent pas harmonieusement. Finalement, est-ce cette subtile harmonie que Michel Lévi cherche à atteindre ?