Samuel Guille : un photographe témoin des lieux et des sens.

Samuel Guille a quitté l’Ardèche pour aller vivre au Royaume Uni, a traversé le territoire jusqu’en Ecosse pour finalement revenir en France et se stabiliser à Paris pendant 20 ans. Pendant ces années, il a travaillé dans les milieux du théâtre, du cinéma, de la mode et de l’événementiel.

La photographie est pour lui un support d’expression pour aborder les sujets abstraits comme la solitude, la plénitude l’imaginaire et l’indicible. Revenu en Drôme depuis 5 ans, il expose ses séries de clichés en atelier, en galerie et festival. 

Avec l’événement ITINÉRANCES, il a été retenu pour exposer au temple de Venterol cette année. 4 séries ont été accrochés : « Géométrie des bords de mer », « Gilded Chicago », « Brume » et « d’un naturel rêveur ».

« La mer et ses rivages : une série inspirée par l’immensité des masses d’eau salée avec leurs manteaux cachant un monde sous marin. L’Homme défie cette force naturelle au fil du temps en arrimant quelques évanescents repères, bouées et pontons que le photographe fige sur la pellicule. »

 » Chicago doré : les vents de Chicago n’ont jamais cessé de souffler sur le tout le paysage de la culture nord-américaine. Une cité inspirant les grands architectes, les grands musiciens; Chicago, emblème de la force toujours combative »

« Épaisseur de l’air, subtilité des nuances de blanc aux légères touches de couleur dans un paysage intemporel où chaque sujet est isolé de son ensemble. Icône solitaire, paisible et lumineuse… Une plage, un bois, un bateau, l’homme, tout se replace dans l’essentiel du moment partagé dans un regard commun entre le photographe et l’observateur. »

« Cette série s’intéresse au paysage de terre structuré par la main de l’homme, paysage façonné par les cultures de vignes, de céréales et de plantes aromatiques. Le trésor de cette agriculture de maraîchers se trouve sur ces parcelles bordées de sources et de fruitiers, de mûriers et de chênes truffiers. Il y a ici l’idée d’une nature nourricière : terre semée et travaillée. Dans son aspect pictural   : d’un naturel rêveur

 est une série mettant en scène la température des paysages -cadrage vertical, fondu, lumière rasante et captation des couleurs- à la manière d’une peinture.