Anne Poupard et Anne Gros-Balthazard

Flyer Anne&Anne_05_04_2016Exposition du 26 mai au 12 juin, vernissage le vendredi 27 mai à partir de 18h30

Heures d’ouverture : du jeudi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h

Anne Gros Balthazard

présente un travail calligraphique sur la lettre, le signe, la trace. Les fonds sont traités avec des pigments, parfois quelques collages, et les lignes d’écriture exécutées à la plume ou au pinceau, à l’encre noire. Elle y retranscrit des textes d’auteurs contemporains dans une écriture gestuelle fine. Son travail est de rigueur et de légèreté, et un rythme musical émane de de certaines œuvres. La lettre est avant tout un support d’expression d’une émotion intérieure. Anne Gros-Balthazard est une jeune artiste qui, depuis l’année 2000, s’est formée auprès de Marine Porte de Sainte Marie à Grenoble, puis a suivi l’enseignement des maîtres Denise Lach, Kitty Sabatier, Monica Dengo et Brody Neuenschwander entre autres. Installée dans la Drôme, elle présente sa première exposition à Terres d’écritures à Grignan, en décembre 2008, puis au château de Vogüé au sein de l’exposition « Le Geste suspendu », en 2009. Particulièrement attachée au sens des mots, elle retranscrit, à travers une écriture gestuelle, leur poésie ; « je crois aux mots, en leur pouvoir, je choisis ceux qui sont porteurs de lumière ». Son travail est de rigueur et de légèreté, un rythme musical émane de certaines œuvres évoquant des partitions de musique contemporaine. Deux mots semblent guider cette jeune calligraphe : simplicité et hauteur. (Christine Macé, Terres d’écritures)

Anne Poupard


Un long parcours de vie et d’artiste.
 Des études aux Beaux Arts dans les années 70.
 De nombreuses expositions en France et à l’étranger.
 Un chemin d’enseignante, après avoir dirigé pendant 25 ans une école d’art à Valence, elle se consacre entièrement à la peinture depuis 2002. 
Elle anime actuellement les ateliers et les stages d’arts plastiques de l’association Casacouleur au Logis de Berre aux Granges Gontardes.
 Aujourd’hui, elle privilégie l’abstraction, source de liberté gestuelle et plus sujette aux symboles, et les techniques comme le collage, la gravure expérimentale, la peinture aux pigments purs et l’encre de Chine.
 Elle a travaillé avec les Haïku de Pascal Ciret, les poèmes de Bruno Mabille et de Maryline Bertonccini. La poésie et la peinture se marient et se mettent en valeur l’une l’autre dans ses livrets, leporello et carnets à la japonaise.
 Depuis le début de l’année 2015, Elle utilise particulièrement la calligraphie dans ses œuvres. Le livre d’artiste est un lieu privilégié pour jouer avec l’écriture, (petits formats, préciosité proche de l’enluminure, livres uniques, livres d’artistes, dans le registre de l’intime). Les écritures primitives sont pour elle une source intarissable d’inspiration, et elle mêle dans ses tableaux encres et signes primitifs.
 Elle utilise le rouge et le noir depuis longtemps, couleurs puissantes parfois violentes, l’encre posée en larges surfaces se mêle à l’eau en fusant, et révèle des horizons chargés, lourds, terribles, comme parfois le ciel et les temps actuels nous en offrent.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer