George Haling

Exposition de photographie
GH-A4_resultatDu 8 au 23 Août 2015
Reportage photo entre la France et les Etats-Unis. 1960-2013

Je me demande souvent « Pourquoi pas … ? »

…et je termine cette question de la façon la plus provocatrice et la plus absurde qu’il soit. Quand je suis en Islande, me baladant en jeep dans les fjords sauvages et isolés, je m’attends à voir des dinosaures avec un long cou en caoutchouc entrain de nager au large. Voila mon « Pourquoi pas … ? » Il me permet de rester ouvert à tout ce qui peut se passer devant mon objectif ! Toute ma vie j’ai été un observateur. J’enfile les habits d’une créature qui marche à deux pattes appelée «personne» et en ayant cette apparence, je peux me cacher, je peux regarder ce qui m’entoure avec un point de vue neutre. Je distingue cette race humaine bizarre et irrationnelle comme la verrait une mouche sur un mur. J’observe avec détachement les joies, les dépressions et les folies de ces créatures appelées «êtres humains» …. D’un autre point de vue je désire être invisible, être au centre, être dans l’oeil du cyclone, prenant des photos de l’intérieur de l’action dans les véritables entrailles de ce qui se passe…. Avec le sujet, je veux ne faire qu’un. Simultanément, je garde une certaine distance – ce point de vue d’une créature surprise et parfois amusée qui vient d’une autre planète – examinant ainsi sans peur, tout ce qui passe d’ordinaire ici-bas. Il faut se débarrasser de toute idée préconçue, de tout préjudice, regardant en quelque sorte à chaque fois avec les yeux naïfs d’une créature nouvellement arrivée de l’espace…. L’important c’est d’être là, dans le moment présent. Montrer ce qui est réellement entrain de se passer. Mais, en dépit de toutes mes intentions d’être objectif, ai-je seulement mis mon égo et mes préférences sur le papier? Peut-être.

Mes premiers héros étaient Henri Cartier Bresson (Le Moment Décisif) ensuite Robert Frank (Les Américains) puis William Klein et Diane Arbus.